Cyber harcelement

Menaces, insultes, diffusion de photos humiliantes ou de vidéos à caractère sexuel
Le cyber harcèlement est un fléau aux multiples visages !

A l’école primaire, au collège ou au lycée, de nombreux élèves en sont victimes sur les réseaux sociaux
Pourtant il existe de nombreuses solutions, qui sont mal connues…
Réussir à l’école vous dit tout ce que vous pouvez faire contre le cyber harcèlement !

Contre le cyber harcèlement, l’école doit vous aider

Souvent, les ados et leurs parents sont désemparés face aux menaces dont ils sont victimes sur les réseaux sociaux.
Ils ne savent pas à qui s’adresser et ils n’arrivent pas à les stopper ou à les supprimer…
Mais beaucoup ignore, que l’école se doit d’agir pour vous aider, même si le harcèlement n’a pas lieu dans ses murs.
La circulaire n° 2014-059 du 27 mai 2014 explique clairement au chapitre intitulé “A. Une procédure soumise au respect des principes généraux du droit” – “1 – Le principe de légalité des fautes et des sanctions”, que “le cyber harcèlement entre élèves entraîne une sanction disciplinaire”.
Cette circulaire destinée à toute la communauté éducative fixe :

  • la règle ;
  • les mesures de prévention ;
  • les sanctions envers les personnes dont les actes et les comportements sont contraires au règlement intérieur et au bon climat scolaire.

Si un chef d’établissement ou un professeur vous explique qu’il n’est pas responsable et qu’il est impuissant face au cyber harcèlement, et bien C’EST FAUX !
Aucun chef d’établissement n’est censé ignorer sa responsabilité dans la prise en charge des cas de cyber harcèlement.
En effet, depuis 2011, l’Éducation nationale a signé une convention avec E-Enfance, pour sensibiliser les directeurs d’établissements au phénomène.

Face au cyber harcèlement : agissez avec méthode

Avant toute démarche auprès des institutions, il est capital de collecter toutes les preuves du harcèlement en ligne :

  • SMS
  • Commentaires sur Facebook
  • Tweets injurieux ;
  • Messages sur Whatsapp ;
  • Photos humiliantes ;
  • Vidéos dégradantes ;
  • Etc.

Faites des captures d’écran, de tous les éléments qui témoignent des violences en ligne que votre enfant subit.
Une fois les preuves récoltées, vous devez prendre rendez-vous avec le chef d’établissement, sans attendre !

Informez le chef d’établissement

Au cours de votre entretien, vous illustrerez vos propos en lui montrant les captures d’écran, que vous aurez préalablement imprimées et datées.
Votre dossier doit être précis et clair, donc vous devrez trier les faits par ordre chronologique, et rédiger une synthèse des événements avec :

  • Les dates ;
  • L’identité du harceleur ;
  • Le réseau social sur lequel il agit…

A la fin de votre rendez-vous, vous remettrez les duplicatas de ces pièces au chef d’établissement.
Nous vous conseillons aussi d’envoyer par courrier recommandé, le compte rendu de votre rendez-vous et votre dossier de preuves du cyber harcèlement.
Cela l’obligera à mettre en oeuvre les mesures nécessaires à l’égard des harceleurs !

Si le cyber harcèlement continue…

Dans ce cas là, vous avez plusieurs leviers à actionner :

D’abord, nous vous conseillons d’informer l’académie par courrier, sans hésiter, pour que le directeur de votre établissement se mobilise !

Ensuite, vous pouvez contacter le numéro vert national de Net Ecoute : 0800 200 000, géré par l’association E-Enfance.


Au-delà de l’écoute, Net Ecoute vous aidera à faire retirer les images ou les propos blessants des réseaux sociaux.
Cette association, reconnue d’utilité publique et agréée par le ministère de l’Éducation nationale, opère avec le soutien de la Commission européenne.
Elle a donc l’autorité et les moyens techniques pour demander aux différents réseaux sociaux de faire cesser les agressions en ligne.

Si le préjudice porte sur la diffusion d’images dégradantes

Dans le cas, où des photos privées sont publiées sur Internet, vous pouvez agir en droit civil et demander la condamnation des harceleurs pour :

  • violation de la vie privée ;
  • violation du droit à l’image.

Déposez une plainte ou une main courante pour notifier les agissements dont votre enfant est victime, puis renseignez-vous auprès d’un avocat.
Enfin, nous rappelons que le cyber harcèlement à caractère sexuel est un délit depuis la parution de l’article de loi du 7 octobre 2016 .
Diffuser des paroles ou des images à caractère sexuel, sans l’accord de la personne concernée, est passible :

  • d’une amende de 60.000 €
  • de deux ans d’emprisonnement,

même si la personne avait accepté d’être enregistrée, prise en photo ou filmée.

Notre article vous a plu ?
Alors, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux et à lui donner une note en bas de la page

On vous recommande

 

Cet article vous a plu ?

Cliquez sur une étoile pour l'évaluer !

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter cet article !